Secrets d’Andernosiens

Ou composez votre séjour sur-mesure :

Ou choisissez :

Quel type d'hebergement ?

Connaissez-vous vos dates de séjour ?

Ou choisissez :

Quelle spécialité ?

Ou choisissez :

Quel groupe d'activités ?

Ou choisissez :

Quelle période vous intéresse ?

Andernos les Bains reste très attaché à ses coutumes anciennes, traditions et légendes !

Nos danses traditionnelles gasconnes

Le groupe Lous Pignots, fondé en 1981 par Odette et Maurice LAVESQUE et Jean BONNAT, perpétue le folklore gascon et vous entraîne pour des rondos, congos, et bourrées qui ont fait danser nos ancêtres, tous les lundis à la Jetée !   Musiciens et danseurs revêtent le costume traditionnel : vareuse, pantalon rouge et béret pour les hommes; jupe rouge pour les dames, coiffées de la benaise (ou benèze, la coiffe traditionelle des parqueuses,  autrefois les femmes d’ostréiculteurs dans les parcs à huîtres.

les danses gasconnes réunissent de plus en plus d’amateurs à la recherche de traditions oubliées

La légende de la chèvre d’or

Sous l’occupation anglaise, les bourgeois de Bordeaux auraient offert aux Anglais un blason de la ville avec de part et d’autre deux chèvres grandeur nature en or massif. Mais devant l’arrivée des troupes françaises de Charles VII ils se sont enfuis en embarquant dans un port du Bassin d’Arcachon. Dans leur précipitation, ils auraient enterré les chèvres pour les soustraire aux pillards.

selon la légende, elle serait enfouie près de l’embouchure du Cirès !Mais elle n’a toujours pas été retrouvée à ce jour !

 

La célèbre tragédienne Sarah Berhnardt a séjourné à Andernos  !

Considérée comme l’une des plus grandes tragédiennes françaises du XIXe siècle. Elle a séjourné dans la villa Euréka au début de la Première Guerre Mondiale après son amputation de la jambe droite à Bordeaux.

Une parure de scène de la tragédienne était en possession d’une Andernosienne. Elle est réapparue en 2011 par hasard.

Sarah Bernhardt vers 1880, cliché de Napoléon Sarony.

Les courses de patins à vase : lous mastouns (en gascon)

Lors de fêtes locales traditionnelles, ces courses se déroulaient à marée basse depuis le port ostréicole jusqu’à la jetée !

La dernière a eu lieu en 1955 pour la fête de l’huître.

Il était un temps à Andernos où on avait la coutume de donner un surnom ( en gascon “chaffre”)à une personne lié à sa profession, son caractère ou encore ses habitudes , comme « Lou perruquey » qui était un coiffeur, « Maria du coin » une commerçante…

Ces chaffres étaient souvent très imaginés et prononcés en patois local