Boite à outils « CoVid19 »

Ou composez votre séjour sur-mesure :

Ou choisissez :

Quel type d'hebergement ?

Connaissez-vous vos dates de séjour ?

Ou choisissez :

Quelle spécialité ?

Ou choisissez :

Quel groupe d'activités ?

Ou choisissez :

Quelle période vous intéresse ?

Une boite à outils vous est proposé pour avoir toutes les actus sur le CoVid19. Nous faisons tout notre possible pour vous accompagner pendant cette période difficile. Votre activité est impactée par l’épidémie du Coronavirus, quelles sont les mesures de soutien et contacts pour vous accompagner ? Retrouvez dans cette rubrique des ressources et des réponses utiles à vos questions !

Dernière mise à jour au 28/05/2020

ADN TOURISME VOUS ACCOMPAGNE DANS LA REPRISE DE L’ACTIVITÉ TOURISTIQUE ET LA RÉASSURANCE DES VISITEURS

Afin de vous accompagner dans la reprise de l’activité touristique et la réassurance des clientèles, ADN Tourisme met à votre disposition un certain nombre d’outils.

Comme l’a annoncé le Président de la République le 13 avril dernier, le secteur du tourisme doit bénéficier de mesures de soutien spécifiques. Son sauvetage est une priorité nationale : pour lui permettre de surmonter la crise, le Gouvernement met en place un plan de soutien massif sans précédent de 18 milliards d’euros.

 

⏩Le dispositif de prêts garantis par l’État (PGE) est renforcé pour le secteur du tourisme et de la restauration. Les 3 meilleurs mois d’activité de l’année 2019 seront pris en compte comme calcul de référence.

⏩Le Fonds de solidarité accessible aux entreprises des secteurs cafés, hôtels, restaurants, tourisme, événementiel, culture et sport est prolongé jusqu’à la fin de l’année 2020. 

👉Pour les entreprises de ces secteurs, les conditions d’accès seront élargies aux entreprises ayant jusqu’à 20 salariés et 2 millions d’euros de chiffre d’affaires, et le plafond des subventions pouvant être versées dans le cadre du second volet du fonds a été porté à 10 000 euros.

⏩Les banques se sont engagées à reporter les échéances de prêts sur douze mois et non six mois.

⏩L’exonération de cotisation est prolongée jusqu’à la fin de la fermeture des établissements. Un crédit de cotisation de 20% est accordé pour accompagner la reprise.

⏩Les entreprises du tourisme pourront continuer de recourir au chômage partiel dans les mêmes conditions qu’aujourd’hui au moins jusqu’à fin septembre 2020. Au-delà, le chômage partiel leur restera ouvert si leur activité reprend trop lentement.

⏩L’État va mobiliser un plan d’investissements en fonds propres de 1,3 milliard d’euros à travers Bpifrance et la Caisse des dépôts. Ils généreront des investissements privés pour un total d’environ 7 milliards d’euros de financements, notamment dans le tourisme durable.

⏩Les loyers et redevances d’occupation du domaine public dus aux bailleurs nationaux (État et opérateurs) seront annulés pour les TPE et PME du secteur du tourisme et de l’événementiel sportif pour la période de fermeture administrative.

⏩Les collectivités locales qui le souhaitent pourront aussi prévoir des allégements de taxe de séjour et d’autres dégrèvements fiscaux. Elles pourront également décider de réduire des 2/3 la cotisation foncière des entreprises du tourisme, l’Etat en financera 50%.

⏩Le plafond journalier des tickets-restaurants est doublé, de 19 à 38 euros, leur utilisation sera autorisée les week-ends et jours fériés, à partir de la date de réouverture des établissements et jusqu’à la fin de l’année 2020, uniquement dans les restaurants.

⏩Dès 2020, le Fonds Tourisme Social Investissement sera triplé avec une augmentation de ses capacités d’investissement à hauteur de 225 M€ et les critères d’éligibilité seront assouplis.

👉Les dispositifs de soutien sont disponibles via un guichet unique : https://www.plan-tourisme.fr/

 

⏩Élaboration de guides par les ministères et les branches professionnelles à destination des salariés et des publics et de fiches métiers, dont plusieurs s’appliquent dans le secteur du tourisme

👉 Retrouvez- les ici  : https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/proteger-les-travailleurs-les-emplois-les-savoir-faire-et-les-competences/proteger-les-travailleurs/article/fiches-conseils-metiers-et-guides-pour-les-salaries-et-les-employeurs 

👉Ces fiches ont été élaborées en partenariat avec les fédérations professionnelles et les partenaires sociaux. Les guides « serveur » et « travail en cuisine » seront publiées dans les prochains jours.

⏩ Des protocoles sanitaires ont été élaborés par les fédérations concernant :

👉Le nombre et le contenu des protocoles sanitaires n’est pas figé et évoluera au fil de l’avancée des travaux et du calendrier et des modalités de reprise des activités.

⏩ Un protocole Hôtels, Cafés et Restaurants (HCR) est organisé en 10 thématiques : engagement de la direction, communication interne, distanciation au sein des équipes, hygiène (fréquence des lavages de mains, gestion des flux entrants et sortants, etc.), nettoyage et désinfection, gestes barrière dans la relation client (disponibilité de gel hydroalcoolique, tables servies par une seule personne en même temps, etc.), gestion des paiements (sans contact privilégié), encadrement, gestion des cas possibles ou confirmés, analyse des risques.

👉Il pourra encore évoluer, dans la mesure où les autorités sanitaires, qui ont été saisies dans ce sens, préciseront prochainement la doctrine applicable dans ce secteur.

⏩Des actions de communication et de formation pour accélérer la reconnaissance et l’appropriation des mesures sanitaires seront mises en place : 

👉Un logo distinctif élaboré par Atout France favorisera l’identification et la diffusion des protocoles sanitaires pour l’ensemble des activités touristiques.

👉Un travail de formation et d’information des professionnels sera mené avec ADN Tourisme, les fédérations professionnelles et les partenaires de la marque nationale qualité Tourisme, afin d’appuyer les actions de réassurance sanitaire.

👉Une campagne d’information nationale autour des protocoles sera mise en œuvre cet été par le Service d’Information du gouvernement, avec l’appui d’Atout France.

⏩Pour préparer la saison d’été 2020 dans les conditions permises par la situation sanitaire, des conditions spécifiques seront mises en place pour recruter, réserver et être remboursé : 

👉La plateforme des métiers et d’orientation pour le tourisme sera mise en place mi-juin, permettant de trouver plus facilement des saisonniers.

👉L’ordonnance n° 2020-315 du 25 mars 2020 permet aux professionnels de proposer un avoir aux clients dont le voyage ou la prestation touristique a été annulé.

👉Le gouvernement appelle les professionnels de l’hôtellerie et du tourisme à garantir qu’un remboursement intégral sera possible en cas d’annulation des nouvelles réservations effectuées, dans le contexte sanitaire de l’été 2020.

👉Les entreprises de vendeurs de coffrets de prestations et séjours de vacances ont été invitées à réduire le délai de paiement aux professionnels du tourisme afin de soutenir leur trésorerie.

⏩Les dates de réouverture : 

👉La date de réouverture des cafés-restaurants sera fixée dans la semaine du 25 mai

👉Une réouverture le 2 juin pourra être envisagée dans les départements verts si l’évolution de l’épidémie ne se dégrade pas et si les mesures sanitaires recommandées sont parfaitement respectées.

Sophie PANONACLE

Députée de la Gironde

Pour tous renseignements :

Sophie Panonacle, Députée de la Gironde

 

Professionnels du tourisme

Découvrez en un seul endroit les différents dispositifs de soutien gouvernementaux dont vous pouvez bénéficier, et accédez aux contacts utiles pour vos démarches.

LES BONNES PRATIQUES LOCATIONS SAISONNIÈRES (GITES ET MEUBLES DE TOURISME) ET CHAMBRES D’HÔTES

publié par l’ADN Tourisme dans le contexte de la crise sanitaire Cociv19

 

Arrêté préfectoral d’abrogation de la Gironde du 11 mai 2020

La Mairie d’Andernos les Bains vous informe

Partenaires, Gironde tourisme à votre écoute !

Pour faciliter les échanges avec ses partenaires, Gironde Tourisme ouvre le service “Gironde tourisme à votre écoute” afin de répondre en direct aux nombreuses interrogations des professionnels.

Des restaurateurs mobilisés !

Pendant cette période de confinement, nos restaurateurs et commerçants partenaires se mobilisent et se réinventent pour continuer à vous proposer des plats de qualité, en suivant des modalités adaptées au contexte sanitaire (livraison à domicile, drive…) et en appliquant les gestes barrières et les mesures de distanciation sociale.

Dernière mise à jour au 12/05/2020

Mesures du Gouvernement

La page du gouvernement dédiée au coronavirus est la page permettant d’obtenir des informations fiables, et régulièrement mises à jour par le gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus.

 

Protocole national pour les entreprises pour assurer la santé et la sécurité des salariés au 11 mai 2020

Le Ministère du Travail : Fiches conseils métiers et guides pour les salariés et les employeurs

Mesures exceptionnelles liées à la crise sanitaire

L’activité de votre entreprise est impactée par le Coronavirus. Quelles sont les mesures de soutien et les contacts utiles pour vous accompagner ?

Face à l’épidémie du Coronavirus COVID-19, le gouvernement a mis en place des mesures de soutien immédiates aux entreprises :

  • Ministère du Travail
  • Banque de France
  • DGFIP
  • URSAFF
  • BPI
  • Médiateur des entreprises

 

 

 

Retrouvez toutes les informations sur l’annulation des prestations et hébergements

ANNULATIONS (mise à jour au 08/04/2020)

Le prestataire a 30 jours pour effectuer un avoir, et 3 mois pour proposer une prestation de remplacement, prestation qui devra se dérouler dans les 18 mois suivant la date d’annulation (prestation identique et au même tarif). Dans ce cas de nouvelle prestation, il faudra proposer un nouveau contrat. Sans accord au bout de 18 mois, la prestation sera remboursée en fonction de ce qui a été versé.

L’annulation doit être notifiée entre le 1er mars 2020 et le 15 septembre 2020 que si justification de circonstances exceptionnelles et imprévisibles.

Téléchargez le modèle de proposition d’avoir en cliquant sur ce lien

Gérer la saison touristique en période de Coronavirus

  • Mise à jour au 12/05/2020

Vous êtes nombreux à vous interroger sur les activités qui peuvent reprendre ou non depuis le déconfinement. Pour y voir plus clair, notre nouvelle fédération nationale ADN Tourisme issue de la fusion des Offices de Tourisme, Agences du Tourisme et Comité Régionaux du Tourisme a fait une synthèse utile pour vous.

Cliquez sur ce lien

 

 

Activité partielle

Dispositif exceptionnel d’activité partielle publié le 14.04.15 mise à jour au 26.03.20

MESURES DE LA NOUVELLE AQUITAINE

  • La Région Nouvelle-Aquitaine met en place plusieurs mesures exceptionnelles à destination des entreprises régionales impactées par la crise du Coronavirus, face aux obligations de confinement et au fort ralentissement, voire l’arrêt total d’activité pour certaines.En parallèle, au niveau national, l’Etat et les partenaires et interlocuteurs des entreprises se mobilisent.

PRESTATAIRES ET ACTEURS DU TOURISME

Votre activité est impactée par l’épidémie du Coronavirus, quelles sont les mesures de soutien et contacts pour vous accompagner ?

Nous sommes là pour vous aider  !

Dernière mise à jour au 16/04/2020

Ces rubriques seront mise à jour au fur et à mesures des informations qui nous seront communiquées pour vous aider à faire face à la crise du Coronavirus

Les actus et le FAQ ci-dessous sont données par la MONA , Jérôme Forget de Guest  Stratégy et Elise Fabing du cabinet Alkemist

L’Organisation Mondiale du Tourisme a publié un guide de recommandations aux différents pays, afin d’atténuer l’impact de la crise du Covid-19 et aider le tourisme à se relever et préparer le redressement.

https://webunwto.s3.eu-west-1.amazonaws.com/s3fs-public/2020-04/COVID19_Recommendations%20-%20FR.pdf

 

 

ANNULATIONS (mise à jour au 08/04/2020)

Le prestataire a 30 jours pour effectuer un avoir, et 3 mois pour proposer une prestation de remplacement, prestation qui devra se dérouler dans les 18 mois suivant la date d’annulation (prestation identique et au même tarif). Dans ce cas de nouvelle prestation, il faudra proposer un nouveau contrat. Sans accord au bout de 18 mois, la prestation sera remboursée en fonction de ce qui a été versé.

L’annulation doit être notifiée entre le 1er mars 2020 et le 15 septembre 2020 que si justification de circonstances exceptionnelles et imprévisibles.

Téléchargez le modèle de proposition d’avoir en cliquant sur ce lien

 FAQ (questions/réponses)

sont communiqués par la MONA , Jérôme Forget de Guest  Stratégy et Elise Fabing du cabinet Alkemist, pour votre information.

Dernière mise à jour au 28/03/2020

RÉSERVATION (mise à jour au 28/03/2020)

INFO DE DERNIÈRE MINUTE SUR L’ORDONNANCE DU 25 MARS :

Il y a quelques jours encore, le Covid19 était considéré comme un cas de force majeure (qui implique un remboursement obligatoire des prestations).

Mardi 25 mars, le gouvernement publiait une ordonnance relative aux conditions financières de résolution de certains contrats de voyages touristiques et de séjours en cas de circonstances exceptionnelles et inévitables ou de force majeure.

Cette ordonnance donne des informations précises sur les avoirs que vous pouvez désormais proposer à vos clients en lieu et place du remboursement pour faire face à des annulations en raison de la crise sanitaire liée au Covid19.

 

Vous êtes concernés en tant que personne morale selon les catégories suivantes :

 

Dans les grandes lignes, ces avoirs, d’une durée de 18 mois, doivent être proposés dans un délai de 30 jours maximum après la date d’annulation du contrat. Dans le cas où, l’annulation serait survenue avant le 25 mars (sortie de l’ordonnance), le prestataire a 30 jours à dater du 25 pour proposer un avoir à condition bien évidemment de n’avoir pas procédé d’ores et déjà au remboursement… !

L’avoir proposé doit répondre à ces 3 conditions :

  1. La prestation est identique ou équivalente à celle prévue dans le premier contrat
  2. Son prix n’est pas supérieur à celui de la prestation prévue
  3. Elle ne donne lieu à aucune majoration tarifaire autre que celles que le contrat résolu prévoyait.

Le point positif

La loi le dit, vous n’êtes donc pas obligés de rembourser vos clients qui vous le demandent en prétextant le Covid19, et cela court pour toutes les annulations effectuées depuis le 01/03 et jusqu’au 15/09 (sauf si le remboursement a déjà été effectué bien sûr…). Cette mesure permet ainsi de sécuriser un niveau de trésorerie mis à mal depuis plusieurs semaines afin d’éviter un trop grand nombre de défaillances économiques… 

Les points négatifs :

Notre conseil

Gérez au cas par cas selon votre propre situation financière en invitant au maximum un report.

Point très important

Cette ordonnance ne s’applique uniquement aux personnes morales. En effet, il est indiqué dans l’ordonnance : “ les obligations des personnes morales de droit privé exerçant une activité économique ”. Si votre hébergement typiquement chambre d’hôtes ou meublé de tourisme exerce sous un statut non société (personne morale) incluant micro-entrepreneur, aucun cadre réglementaire n’encadre le remboursement. Cette ordonnance ne s’applique pas comme l’obligation de remboursement. Il faut ainsi que le prestataire touristique privilégie la négociation à savoir le dialogue avec son client en espérant une issue à l’amiable favorable aux 2 entités.

En effet, Airbnb permet en effet aux hôtes et aux clients d’annuler les réservations éligibles sans frais ni pénalité, pour des réservations effectuées au plus tard le 14 mars, sur des dates de séjours ou d’expériences comprises entre le 14 mars 2020 et le 14 avril 2020. Les voyageurs sont ainsi remboursés à 100%. Cela va sans dire que la plateforme ne facturera pas les frais de services de 3 % habituellement prélevés auprès des hôtes (hébergeurs).

Comme abordé précédemment, si en tant que prestataire touristique, vous exercez en tant que société donc personne morale, vous devez faire valoir l’ordonnance du 25 mars face à Airbnb refusant l’annulation mais imposant un report. Si vous êtes une personne physique, une micro-entreprise ou entreprise individuelle, vous subirez ainsi de manière inéluctable les conditions générales d’Airbnb.

Sources : Lechotouristique + Airbnb

Fermeture

Selon notre interprétation et les retours remontées du terrain, les chambres d’hôtes ne font bel et bien pas partie des établissements fermés par décision administrative et peuvent demeurer ouvertes à la discrétion du propriétaire. Indépendamment du code APE qui n’a d’ailleurs  aucune valeur juridique mais uniquement indicative, il est davantage considéré comme un “ hôtel et hébergement similaire (5510Z) “ que comme un “ hébergement touristique et autre hébergement de courte durée “ (5520Z). Cette dernière appellation intègre essentiellement les meublés de tourisme. De plus, si nous considérons que les personnes qui y vivent en tant que domicile régulier sont bel et bien les propriétaires et non les clients (la nuance n’étant pas précisée dans le texte), cette catégorie d’établissement a ainsi le droit de demeurer ouvert. En effet, l’accueil doit être assuré par l’habitant qui par définition doit y vivre. A chacune et chacun ensuite de décider de fermer ou bien de maintenir son hébergement ouvert à la clientèle ou au personnel soignant participant à la lutte contre la propagation du Covid-19..

Oui, les chambres d’hôtes rentrent dans la catégorie hébergements similaires et comme mentionné précédemment, peuvent en date du jour restées ouvertes. Et non, le fait qui vous permettra de toucher des aides telles que les 1500 € sont davantage liées à une perte d’exploitation. Les aides sont d’ores et déjà nombreuses et auront chacune leur « cahier des charges » notamment à l’échelle régionale mais nous espérons comme vous que le fait d’être non légalement dans une position de devoir fermer son commerce ne sera pas un frein dans l’obtention de ces dernières.

ASSURANCE

Aujourd’hui, les épidémies sont exclues des clauses des assurances et les assurances ne souhaitent pas prendre en charge.

AIDES PRÉVUES PAR L’ÉTAT ET PAR LA RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE

Un article ressource sur https://entreprises.nouvelle-aquitaine.fr/actualites/covid-19-plusieurs-mesures-au-profit-des-entreprises-impactees 

Un numéro unique : 05.57.57.58.88

Un mail unique : entreprise-covid19@nouvelle-aquitaine.fr

Certaines « aides » comme le report d’échéances en matière d’impôts et de cotisations sociales peuvent être sollicitées indépendamment du statut et du fait d’être contraint de fermer son établissement.

Une autre mesure intéressante sera le forfait de 1 500 euros sera versé aux petites entreprises qui réalisent moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires autant dire une belle majorité de nos indépendants du tourisme. Pour en bénéficier, il faudra faire une simple déclaration sur le site de la Direction générale des Finances publiques à partir du 31 mars justifiée pour toutes les petites entreprises qui subissent une fermeture administrative ou qui auront connu une perte de chiffre d’affaires de plus de 70% au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019.

Source : Ministère de l’Économie et des Finances

Oui

A précisément vérifier les conditions une fois le fond de solidarité officiellement lancé en date du 31 mars sur le site des impôts… A ce jour, nous pensons que les particuliers hébergeurs n’ayant pas renseigné le Cerfa PO “ Personne physique ” déclaration de début d’activité commerciale et/ou artisanale (P0 CMB micro-entrepreneur) ne seront pas concernés par ce dispositif. Il s’agit donc, selon notre interprétation, au minimum des micro-entreprises et des sociétés bien évidemment mais non des particuliers.

 

 

 

 

 

Fermeture

Les aides vont être liées à une perte de chiffre d’affaire que plutôt liées à une fermeture à 100 % de l’établissement.

ASSURANCE

Malheureusement tant pour les voyageurs dont une optique de remboursement que pour les professionnels dans une perspective d’indemnité, les assurances ne vont qu’exceptionnellement se faire valoir…  

Du côté du voyageur, les garanties adossées aux cartes bancaires ou les assurances payantes proposées par les plateformes de réservation elles-mêmes, suivant de conditions de prise en charge restrictives ne couvrent pas les épidémies ou les pandémies tel que le COVID-19. Unique possibilité pour le voyageur, si le prestataire touristique lui a proposé ou s’il a souscrit par sa propre initiative à une assurance voyage haut-de-gamme. Il doit dans ce cas-là, se retourner vers son assureur afin les potentielles modalités de prise en charge.

Du côté du prestataire touristique qu’il soit hébergeur, restaurateur ou gérant d’une activité de loisirs, son assurance professionnelle ne couvre en date du jour pas ses pertes d’exploitation même s’il a souscrit à un contrat spécifique. Je cite « le risque d’épidémie n’existe pas dans la quasi-totalité des contrats couvrant les entreprises » d’après le Président de CCI France. Malgré l’appel du gouvernement à plus de souplesse de la part des assureurs, ils ne veulent pas aujourd’hui porter le poids d’une telle crise sanitaire en indemnisant les professionnels sur une perte d’exploitation. Affaire à suivre…       

Sources : LeFigaro + 20minutes + 60 millions mag

Très bonne question… Le principal syndicat hôtelier à savoir l’UMIH et le Syndicat des indépendants demandent à l’unisson la création d’un état d’urgence sanitaire autour du Covid-19. Ce modèle est basé sur celui de l’état de catastrophe naturelle qui permettrait aux entreprises de faire jouer leur assurance. Plusieurs pétitions circulent également sur Internet pour appeler le gouvernement à faire passer un décret dans ce sens. Pour le moment, il n’en est rien…

Source : 20minutes

AIDES PRÉVUES PAR L’ÉTAT ET PAR LA RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE

Un article ressource sur https://entreprises.nouvelle-aquitaine.fr/actualites/covid-19-plusieurs-mesures-au-profit-des-entreprises-impactees 

Un numéro unique : 05.57.57.58.88

Un mail unique : entreprise-covid19@nouvelle-aquitaine.fr

Certaines « aides » comme le report d’échéances en matière d’impôts et de cotisations sociales peuvent être sollicitées indépendamment du statut et du fait d’être contraint de fermer son établissement.

Une autre mesure intéressante sera le forfait de 1 500 euros sera versé aux petites entreprises qui réalisent moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires autant dire une belle majorité de nos indépendants du tourisme. Pour en bénéficier, il faudra faire une simple déclaration sur le site de la Direction générale des Finances publiques à partir du 31 mars justifiée pour toutes les petites entreprises qui subissent une fermeture administrative ou qui auront connu une perte de chiffre d’affaires de plus de 70% au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019.

Source : Ministère de l’Économie et des Finances

 

fermeture

Selon notre interprétation de l’arrêté du 15 mars, les terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs lorsqu’ils constituent pour les personnes (clients et/ou gérants) qui y vivent un domicile régulier font partie des exceptions et peuvent ainsi restés ouverts par dérogation. Si vous décidez de maintenir l’ouverture de votre camping, votre client résidentiel n’est pas dans l’obligation de quitter votre terrain. A vous de vous positionner et de prendre la décision adéquate en lien avec votre client…

ASSURANCE

Malheureusement tant pour les voyageurs dont une optique de remboursement que pour les professionnels dans une perspective d’indemnité, les assurances ne vont qu’exceptionnellement se faire valoir…  

Du côté du voyageur, les garanties adossées aux cartes bancaires ou les assurances payantes proposées par les plateformes de réservation elles-mêmes, suivant de conditions de prise en charge restrictives ne couvrent pas les épidémies ou les pandémies tel que le COVID-19. Unique possibilité pour le voyageur, si le prestataire touristique lui a proposé ou s’il a souscrit par sa propre initiative à une assurance voyage haut-de-gamme. Il doit dans ce cas-là, se retourner vers son assureur afin les potentielles modalités de prise en charge.

Du côté du prestataire touristique qu’il soit hébergeur, restaurateur ou gérant d’une activité de loisirs, son assurance professionnelle ne couvre en date du jour pas ses pertes d’exploitation même s’il a souscrit à un contrat spécifique. Je cite « le risque d’épidémie n’existe pas dans la quasi-totalité des contrats couvrant les entreprises » d’après le Président de CCI France. Malgré l’appel du gouvernement à plus de souplesse de la part des assureurs, ils ne veulent pas aujourd’hui porter le poids d’une telle crise sanitaire en indemnisant les professionnels sur une perte d’exploitation. Affaire à suivre…       

Sources : LeFigaro + 20minutes + 60 millions mag

Très bonne question… Le principal syndicat hôtelier à savoir l’UMIH et le Syndicat des indépendants demandent à l’unisson la création d’un état d’urgence sanitaire autour du Covid-19. Ce modèle est basé sur celui de l’état de catastrophe naturelle qui permettrait aux entreprises de faire jouer leur assurance. Plusieurs pétitions circulent également sur Internet pour appeler le gouvernement à faire passer un décret dans ce sens. Pour le moment, il n’en est rien…

Source : 20minutes

AIDES PRÉVUES PAR L’ÉTAT ET PAR LA RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE

Un article ressource sur https://entreprises.nouvelle-aquitaine.fr/actualites/covid-19-plusieurs-mesures-au-profit-des-entreprises-impactees 

Un numéro unique : 05.57.57.58.88

Un mail unique : entreprise-covid19@nouvelle-aquitaine.fr

Certaines « aides » comme le report d’échéances en matière d’impôts et de cotisations sociales peuvent être sollicitées indépendamment du statut et du fait d’être contraint de fermer son établissement.

Une autre mesure intéressante sera le forfait de 1 500 euros sera versé aux petites entreprises qui réalisent moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires autant dire une belle majorité de nos indépendants du tourisme. Pour en bénéficier, il faudra faire une simple déclaration sur le site de la Direction générale des Finances publiques à partir du 31 mars justifiée pour toutes les petites entreprises qui subissent une fermeture administrative ou qui auront connu une perte de chiffre d’affaires de plus de 70% au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019.

Source : Ministère de l’Économie et des Finances

 

 

Mise à jour au 16/04/2020

Solidarité avec les restaurateurs

Pour aider les hôtels et restaurants en peine de trésorerie, une plateforme solidaire #sauvetonresto propose d’acheter des bons cadeaux pour offrir ou s’offrir un bon moment lorsque le confinement sera levé.

https://www.sauvetonresto.io/

De son côté, AB InBev France soutient les bars, cafés et restaurants en lançant l’opération « Bar Solidaire » qui invite les Français à donner un coup de pouce à leurs établissements favoris en achetant un bon d’achat utilisable dès la réouverture de ceux-ci.

https://barsolidaire.fr/

 

ASSURANCE

Malheureusement tant pour les voyageurs dont une optique de remboursement que pour les professionnels dans une perspective d’indemnité, les assurances ne vont qu’exceptionnellement se faire valoir…  

Du côté du voyageur, les garanties adossées aux cartes bancaires ou les assurances payantes proposées par les plateformes de réservation elles-mêmes, suivant de conditions de prise en charge restrictives ne couvrent pas les épidémies ou les pandémies tel que le COVID-19. Unique possibilité pour le voyageur, si le prestataire touristique lui a proposé ou s’il a souscrit par sa propre initiative à une assurance voyage haut-de-gamme. Il doit dans ce cas-là, se retourner vers son assureur afin les potentielles modalités de prise en charge.

Du côté du prestataire touristique qu’il soit hébergeur, restaurateur ou gérant d’une activité de loisirs, son assurance professionnelle ne couvre en date du jour pas ses pertes d’exploitation même s’il a souscrit à un contrat spécifique. Je cite « le risque d’épidémie n’existe pas dans la quasi-totalité des contrats couvrant les entreprises » d’après le Président de CCI France. Malgré l’appel du gouvernement à plus de souplesse de la part des assureurs, ils ne veulent pas aujourd’hui porter le poids d’une telle crise sanitaire en indemnisant les professionnels sur une perte d’exploitation. Affaire à suivre…       

Sources : LeFigaro + 20minutes + 60 millions mag

Très bonne question… Le principal syndicat hôtelier à savoir l’UMIH et le Syndicat des indépendants demandent à l’unisson la création d’un état d’urgence sanitaire autour du Covid-19. Ce modèle est basé sur celui de l’état de catastrophe naturelle qui permettrait aux entreprises de faire jouer leur assurance. Plusieurs pétitions circulent également sur Internet pour appeler le gouvernement à faire passer un décret dans ce sens. Pour le moment, il n’en est rien…

Source : 20minutes

AIDES PRÉVUES PAR L’ÉTAT ET PAR LA RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE

Un article ressource sur https://entreprises.nouvelle-aquitaine.fr/actualites/covid-19-plusieurs-mesures-au-profit-des-entreprises-impactees 

Un numéro unique : 05.57.57.58.88

Un mail unique : entreprise-covid19@nouvelle-aquitaine.fr

Certaines « aides » comme le report d’échéances en matière d’impôts et de cotisations sociales peuvent être sollicitées indépendamment du statut et du fait d’être contraint de fermer son établissement.

Une autre mesure intéressante sera le forfait de 1 500 euros sera versé aux petites entreprises qui réalisent moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires autant dire une belle majorité de nos indépendants du tourisme. Pour en bénéficier, il faudra faire une simple déclaration sur le site de la Direction générale des Finances publiques à partir du 31 mars justifiée pour toutes les petites entreprises qui subissent une fermeture administrative ou qui auront connu une perte de chiffre d’affaires de plus de 70% au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019.

Source : Ministère de l’Économie et des Finances

 

 

ASSURANCE

Malheureusement tant pour les voyageurs dont une optique de remboursement que pour les professionnels dans une perspective d’indemnité, les assurances ne vont qu’exceptionnellement se faire valoir…  

Du côté du voyageur, les garanties adossées aux cartes bancaires ou les assurances payantes proposées par les plateformes de réservation elles-mêmes, suivant de conditions de prise en charge restrictives ne couvrent pas les épidémies ou les pandémies tel que le COVID-19. Unique possibilité pour le voyageur, si le prestataire touristique lui a proposé ou s’il a souscrit par sa propre initiative à une assurance voyage haut-de-gamme. Il doit dans ce cas-là, se retourner vers son assureur afin les potentielles modalités de prise en charge.

Du côté du prestataire touristique qu’il soit hébergeur, restaurateur ou gérant d’une activité de loisirs, son assurance professionnelle ne couvre en date du jour pas ses pertes d’exploitation même s’il a souscrit à un contrat spécifique. Je cite « le risque d’épidémie n’existe pas dans la quasi-totalité des contrats couvrant les entreprises » d’après le Président de CCI France. Malgré l’appel du gouvernement à plus de souplesse de la part des assureurs, ils ne veulent pas aujourd’hui porter le poids d’une telle crise sanitaire en indemnisant les professionnels sur une perte d’exploitation. Affaire à suivre…       

Sources : LeFigaro + 20minutes + 60 millions mag

Très bonne question… Le principal syndicat hôtelier à savoir l’UMIH et le Syndicat des indépendants demandent à l’unisson la création d’un état d’urgence sanitaire autour du Covid-19. Ce modèle est basé sur celui de l’état de catastrophe naturelle qui permettrait aux entreprises de faire jouer leur assurance. Plusieurs pétitions circulent également sur Internet pour appeler le gouvernement à faire passer un décret dans ce sens. Pour le moment, il n’en est rien…

Source : 20minutes

AIDES PRÉVUES PAR L’ÉTAT ET PAR LA RÉGION NOUVELLE-AQUITAINE

Un article ressource sur https://entreprises.nouvelle-aquitaine.fr/actualites/covid-19-plusieurs-mesures-au-profit-des-entreprises-impactees 

Un numéro unique : 05.57.57.58.88

Un mail unique : entreprise-covid19@nouvelle-aquitaine.fr

Certaines « aides » comme le report d’échéances en matière d’impôts et de cotisations sociales peuvent être sollicitées indépendamment du statut et du fait d’être contraint de fermer son établissement.

Une autre mesure intéressante sera le forfait de 1 500 euros sera versé aux petites entreprises qui réalisent moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires autant dire une belle majorité de nos indépendants du tourisme. Pour en bénéficier, il faudra faire une simple déclaration sur le site de la Direction générale des Finances publiques à partir du 31 mars justifiée pour toutes les petites entreprises qui subissent une fermeture administrative ou qui auront connu une perte de chiffre d’affaires de plus de 70% au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019.

Source : Ministère de l’Économie et des Finances

 Il existe la FNGIC : Fédération Nationale des Guides Interprètes et Conférenciers qui pourrait intervenir comme force de lobbying auprès du gouvernement. Un appel a semble-t-il d’ores et déjà été lancé à l’échelle européenne dans ce sens. Autrement, nous nous référons à la question suivante en vous confirmant que la pandémie du Covid-19 s’inscrit dans un cas de force majeure. Si le client vous en fait la demande, vous êtes dans l’obligation de procéder au remboursement intégral de son activité qu’il s’agisse d’arrhes ou d’acompte. A vous de tout faire pour pousser vers un report ou un avoir et non un remboursement…